POLITIQUE DE PROTECTION DE LA CONFIDENTIALITÉ ET USAGE DE TÉMOINS

Le Groupe Hagen prend très au sérieux la protection de votre vie privée, et c’est dans cet esprit que nous avons mis à jour notre politique de confidentialité qui traite, entre autres, de l’usage de témoins. Nous espérons ainsi assurer une meilleure transparence quant à notre utilisation de vos renseignements personnels en vous expliquant, notamment, comment l’usage de témoins vous permet d’améliorer votre expérience en ligne en plus de ne vous exposer qu’aux publicités qui pourraient vous intéresser. En choisissant de visiter notre site Web, vous nous signalez que vous consentez à recevoir des témoins. Modalités et politique de confidentialité

Préparer votre perroquet à l’arrivée d’un nouveau-né

Accueillir un nouveau-né à la maison sans dire au revoir à son oiseau

Depuis 1989, je prends soin d’oiseaux dans le sud de l’Ontario. J’ai commencé à m’occuper de perroquets provenant de la nature, étant donné qu’à ce moment, il n’y avait pas beaucoup d’oisillons élevés en captivité et nourris à la main. Pendant de nombreuses années, je me suis majoritairement occupée de la formation du personnel et de « l’apprivoisement » (je hais ce mot!) des perroquets qui provenaient d’un foyer ou qui venaient tout juste de sortir de quarantaine.

Je suis fière de pouvoir affirmer que j’ai atteint les deux buts que je m’étais fixés : procurer une vie de qualité à un bon nombre d’oiseaux effrayés et incompris qui n’auraient peut-être pas eu une telle vie autrement, et faire comprendre à plusieurs personnes qu’il faut chérir et respecter ces merveilleuses créatures uniques.

Peu de temps après que les oisillons élevés en captivité sont devenus la norme, j’ai exclusivement élevé des perroquets afin qu’ils soient bien socialisés et aidé des gens dont l’oiseau avait des problèmes de comportement ou de transition. Même si les perroquets élevés en captivité coûtaient les yeux de la tête comparativement aux perroquets sauvages, ma mission était d’informer quiconque était prêt à m’écouter (et même certains qui ne l’étaient pas) sur l’adoption responsable d’un perroquet et le besoin de soutenir les programmes d’élevage en captivité en adoptant des oiseaux élevés au Canada seulement. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai travaillé dans cette industrie pendant toutes ces années. Il ne semble pas y avoir de meilleur environnement pour informer les gens.

self grooming perch
La meilleure façon de vous assurer que vous aurez toujours un contrôle sur votre oiseau est de l’entraîner à se percher.

Au fil des ans, j’ai eu la chance d’apprendre toutes sortes de choses en côtoyant vétérinaires, éleveurs, nutritionnistes, comportementalistes et parents adoptifs de perroquets familiers. Comme vous avec vos oiseaux, j’ai souvent eu besoin d’aide pour comprendre les besoins de ma volée. Après tout, ceux qui croient tout savoir en savent probablement très peu, et certainement moins que nos perroquets! Au cours des dernières années, j’ai travaillé en tant que conseillère privée en comportements en appliquant la croyance que c’est nous, les humains, qui devons apprendre à vivre avec les perroquets, et qu’avec de bons conseils, des attentes réalistes, de l’amour et du respect, tout le monde peut avoir un perroquet supérieur!

Dans le texte qui suit, j’aborderai les problèmes que vous pouvez rencontrer avec votre oiseau lorsque vous accueillez un nouveau-né à la maison.

Vous n’avez pas idée du nombre de personnes qui m’ont demandé de trouver un nouveau foyer pour leur oiseau une fois qu’ils attendent un enfant.

Dans cette situation, voici ce que je réponds à ces gens : À quoi vous attendiez-vous quand vous avez adopté un perroquet? Vous saviez que les perroquets ont une longue espérance de vie et nécessitent beaucoup de soins, non? Vous saviez aussi qu’ils font beaucoup de bruit et un peu de dégâts, pas vrai? En quoi votre bébé est-il différent? Pourquoi pensez-vous ne plus être en mesure de vous occuper de votre perroquet quand un humain pose bien plus de problèmes? Je suis consciente que dans certains cas particuliers, il est nécessaire de trouver un nouveau foyer à son oiseau quand il est question d’un nouvel enfant, mais pourquoi abandonner votre oiseau avant même de voir les résultats? Bien sûr, il pourrait s’agir d’un prétexte pour se débarrasser d’un oiseau mal compris. Si tel est le cas, trouvez-lui un foyer où on l’aimera et ne fixez pas un prix sur sa valeur. Souvenez-vous que vos oiseaux faisaient partie de votre famille avant maintenant, et qu’ils peuvent toujours en faire partie. Vous pouvez effectivement tous vivre ensemble, en harmonie, sinon en paix.

Je peux d’ailleurs vous affirmer que je sais de quoi je parle. Après tout, j’ai réussi à rester le moindrement saine après avoir accouché de ma fille, et à ce moment, j’avais deux amazones, deux conures, un papageai maillé et un perroquet à ventre rouge! Sans compter un mari, mais ça, c’est une autre histoire! L’idée de me départir de mes enfants plumés ne m’avait jamais traversé l’esprit avant qu’Alanna ne naisse, mais peu de temps après, j’étais à bout; je n’arrêtais pas de penser à la psittacose, aux squames et au bruit, et évidemment, au jour où l’un de mes oiseaux attaquerait mon enfant et le défigurerait à tout jamais! Quand allais-je avoir le temps de nettoyer six cages d’oiseaux, ou même simplement prendre une douche? Comment allais-je pouvoir passer du temps de qualité avec chacun de mes oiseaux, quand tout ce que j’avais l’impression de faire était de nourrir un bébé qui hurle? Comment pourrais-je être une bonne mère pour quiconque? À ce moment-là, j’ai compris que je devais me calmer et ME DÉTENDRE. Que le bébé pleurerait (et serait malade) que j’aie des perroquets ou non, et que les perroquets ne seraient PAS plus heureux s’ils vivaient ailleurs. Les gens accueillant un nouveau-né sont capables d’avoir également des chiens, des chats, un travail ou d’autres enfants, alors vous serez capable de vous occuper de vos perroquets!

Une vie harmonieuse entre le perroquet et le nouveau-né

two amazons
Vous procurer un deuxième oiseau peut se révéler une bonne idée. L’important est que celui-ci arrive avant le bébé, afin de lui laisser un temps d’adaptation.
  1. Examen chez le vétérinaire : Si vous ne l’avez pas déjà fait (honte à vous!), emmenez votre oiseau chez le vétérinaire pour un examen complet. Cette nouvelle vie sera stressante pour votre oiseau, alors il faut vous assurer qu’il est en santé avant que le bébé n’arrive à la maison. Demandez également à votre vétérinaire de vérifier si votre oiseau a la psittacose, et de le traiter immédiatement si tel est le cas. Surtout, ne paniquez pas!
  2. Nouveau compagnon : Si vous avez un seul oiseau, pensez à en avoir un deuxième. Je dis souvent que « les oiseaux sont comme les croustilles; on ne peut en avoir juste une! » Vous vous sentirez aussi moins coupable de passer peu de temps avec lui s’il a un petit compagnon à plumes avec qui communiquer quand vous êtes occupé. N’oubliez pas que les oiseaux sont des animaux qui aiment être en groupe, alors vous feriez mieux d’adopter un deuxième oiseau.
  3. Problèmes de comportement : Si votre oiseau manque de manières, apprenez-lui immédiatement des ordres simples, et établissez des routines. La meilleure façon de vous assurer que vous aurez toujours un contrôle sur votre oiseau (surtout s’il est très actif) est de l’entraîner à se percher. En lui apprenant à se percher rapidement sur un perchoir que vous tenez dans vos mains dès que vous lui demandez, vous éviterez que votre oiseau se débatte ou vous morde.
  4. Conseils d’autres personnes : Parlez aux mères que vous connaissez qui ont plus d’un enfant et demandez-leur de vous aider si vous avez maintenant des problèmes de paranoïa et de psychose. Vous vous en sortirez, et croyez-moi quand je vous dis que vous regretterez d’avoir abandonné vos oiseaux en raison d’une courte période de panique. Que vos oiseaux soient quelque peu malheureux pendant cette période n’est pas la fin du monde. Après tout, ils s’ajusteront mieux à l’arrivée du nouveau-né qu’à un nouveau foyer.
  5. Gardienne : Trouvez une gardienne, même si vous n’avez pas besoin d’elle tout de suite. Pendant que vous interrogez ou formez la gardienne, celle-ci pourra apprendre à connaître votre oiseau sous votre surveillance, et vous pourrez du même coup passer du temps avec votre oiseau.
  6. Socialisation entre l’oiseau et le bébé : N’ayez pas peur d’exposer vos enfants aux bruits et aux comportements de votre oiseau. Il vaut mieux que votre bébé apprenne à s’endormir et à rester endormi lorsqu’il y a un peu de bruit plutôt que dans le silence. Lorsqu’il était temps pour mon bébé de faire ses siestes, je l’installais dans une balançoire pour tout-petits entre les deux cages de mes deux amazones. Les oiseaux se sont habitués au bébé et ont appris à ne pas se sentir menacés. Ils ont également appris à pousser des cris pour attirer mon attention. Essayez d’intégrer votre oiseau aux activités quotidiennes du bébé. Procurez-vous une aire de jeu mobile avec perchoir afin de promener votre oiseau avec vous. Une grande partie du temps, les perroquets ont des problèmes de comportement après qu’un nouveau-né ait fait son entrée dans la maison parce qu’ils se sentent délaissés, ou parce qu’ils sont laissés à eux-mêmes, sans surveillance, quand ils passent du temps à l’extérieur de leur cage.
  7. Surveillance requise : Comme c’est le cas avec tout autre animal de compagnie, vous ne devez jamais laisser votre enfant et votre oiseau seul à seul. Apprenez à votre enfant, en bas âge, à ne pas utiliser la cage comme marchette et à ne pas la grimper. Selon moi, une famille n’est pas complète si elle n’a pas d’animal pour aider à apprendre aux enfants ce que sont la responsabilité, le respect, les limites et même le deuil. Par ailleurs, les accidents arrivent et il se peut qu’un jour votre enfant se fasse mordre, surtout si vous ne surveillez pas votre oiseau ou que vous ne portez pas attention à l’humeur de ce dernier, mais rien de grave ne se produira et vous aurez appris une leçon précieuse. N’oubliez pas que vous pourriez avoir le même problème avec un chien ou un chat. Nous avons tous entendu des histoires d’horreur à propos d’animaux de compagnie qui deviennent méchants et attaquent mortellement un membre de la famille ou un voisin. Il est toutefois extrêmement improbable que votre oiseau cause la mort de quiconque. Aussi, si vous vous en faites parce que les ailes de votre oiseau n’ont pas été taillées, taillez-les-lui légèrement pour qu’il vole moins vite.
  8. Attitude positive : Soyez patient. L’oiseau aura besoin de temps afin de s’ajuster à cette nouvelle situation stressante. On ne peut d’ailleurs pas dire qu’un oiseau a vraiment un problème de comportement à moins d’avoir constamment fait des efforts pour améliorer son comportement pendant plusieurs mois, sans succès. Si vous et votre oiseau ne vous ajustez pas bien à ce nouveau style de vie, communiquez avec un spécialiste en comportements dans le but d’obtenir une consultation à domicile, car il se peut que le bébé ne soit pas la raison du mauvais comportement de votre oiseau. Ce spécialiste pourra vous aider à comprendre les graves problèmes de votre oiseau et à les régler, ainsi qu’à conserver l’amitié entre vous et votre oiseau. Une personne extérieure peut souvent voir les choses d’un autre œil. En effet, on a parfois tendance à ne pas remarquer ce qui est évident aux yeux des autres.

Mon souhait est que tous les parents adoptifs de perroquets ne se départissent de ceux-ci que dans des situations impossibles. Cependant, si vous ne voulez pas faire d’efforts ou si après avoir constamment essayé d’améliorer les choses, vous n’arrivez plus à comprendre votre oiseau ni à lui donner de l’affection, il est probablement préférable de lui trouver un autre foyer. Presque toute personne se séparant de son oiseau parce qu’elle accueille un nouveau-né à la maison finit par le regretter terriblement, et adopte un autre oiseau quelques années plus tard, une fois que le bébé a grandi. Par ailleurs, si vous avez la chance de partager votre maison et votre cœur avec des perroquets, n’oubliez pas qu’au bout du compte, vous êtes non seulement responsables d’eux, mais également de la survie de l’espèce. Alors occupez-vous de vos enfants à plumes du mieux que vous le pouvez, en tout temps.

Janna Goodyear-Price

découvrir HARI:

Institut Hagen de recherche en aviculture